Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

par Théo 10 Décembre 2017, 13:15

Tout individu, au plus profond de son être, attend la fin du monde (attend... Pas espère !)

Bonjour à tous.

Depuis plusieurs mois je n'ai rien publié, rien écrit, je n'ai pas reçu de stagiaire, je n'ai pas publié de vidéo... Je n'ai fait qu'une chose : Renforcer ma préparation pour ma famille et mes proches.

Je vous explique pourquoi.

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

Les choses s'accélèrent, la situation se dégrade... ça fait toujours son petit effet ce genre de phrase, n'est-ce pas !

Malheureusement, pour ce coup-ci, ce n'est pas une figure de style !

Rejoignant la vision des collapsologues (personnes venant de nombreux domaines de compétences qui étudient les mécanismes d'effondrement de notre société) je pense (par la raison et l'apprentissage), je sens (par l'intuition) et  j'expérimente (grâce au réel, ce que j'ai sous les yeux) au quotidien qu'il ne s'agit plus "d'éviter de prendre le mur"... Mais plutôt de "comment adoucir le moment du choc avec ce mur".

Ce choc (ou la conjonction de plusieurs chocs - économique / écologique / sociétal / financier...) m’apparaît aujourd'hui inévitable, donc ma démarche s'oriente désormais vers une préparation visant à atténuer les effets liés à ce choc à venir.


 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

Cet article sera complété au fur et à mesure car compiler tous les phénomènes à l'oeuvre aujourd'hui prend beaucoup de temps, la liste des solutions est, elle aussi, très longue.

 

Tout au long de votre lecture vous retrouverez de nombreux liens vers des articles que j'avais déjà publié sur ART Survie afin d'approfondir certaines notions dont nous parlions ici depuis plusieurs années.

 

C'est probablement l'article le plus important que j'ai écrit sur ce blog et il sera publié en plusieurs fois.

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

La clé de compréhension de ce qui nous arrive (Quand je dis "nous" je parle de la biosphère dans son ensemble... Pas juste notre civilisation occidentale égotique) réside dans l'appréhension, quasi impossible pour notre cerveau, d'une fonction mathématiques appelée "fonction exponentielle".

Je vais illustrer la fonction exponentielle par une petite fable :

Imaginons un nénuphar vivant sur un étang ce nénuphar grandit et double sa taille tous les jours... Au bout d'un mois, le nénuphar aura recouvert entièrement la surface de l'étang... Durant quelle journée dans le mois, le nénuphar recouvrira-t-il la moitié de l'étang... réponse : le 29 eme jour !

Au début la situation semble suivre un schéma linéaire, tranquille, prévisible.. et puis entre l'avant dernier jour et le dernier jour du mois, en une seule journée... l'étang a disparu, recouvert par notre nénuphar. Nous ne l'avons pas vu venir !

Notre cerveau a beaucoup de mal a se représenter cette évolution exponentielle qui pourtant régit la quasi-totalité des phénomènes qui nous entourent (Croissance de la population mondiale, déclin de la bio-diversité, déclin des ressources, phénomènes économiques, perte de valeur des devises planétaires... La liste est sans fin !)

 

 

D'où peuvent venir les problèmes aujourd'hui ?

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

Héritage de ma vie précédente de grand-reporter je reste un observateur boulimique de l'actualité nationale et internationale par de nombreux biais (pas seulement les médias français).

 

Ce que j'observe (et que tout le monde peut constater) c'est une dégradation massive et "exponentielle" des relations inter-nationales, inter-continentales, inter-religieuses et inter-culturelles... Là encore, tous les signes sont bien visibles d'un dérapage possible (une simple phrase d'un président sur le statut d'une ville à l'autre bout du monde peut déclencher des troubles à l'échelle internationale.), les conflits larvés entre les grandes puissances (toutes liés aux conquêtes des matières premières- pétrole, terres rares, eau...-) sont innombrables (Corée du Nord, Iran, Arabie saoudite, Yemen, Ukraine, Crimée, Liban ,Palestine, Inde, Pakistan, Mali, Tchad, Algérie...)

 

 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

 

D'un point de vue "économique" (même si ce terme est largement usurpé pour parler de trading et de valeurs des marchés boursiers qui sont, aujourd’hui, totalement déconnectés de la réalité économique de terrain, celle que nous vivons, vous et moi, au quotidien).

Le trading à haute fréquence est de nos jours la norme, plus de 90 % des ordres d'achats et de ventes de titres en bourse sont réalisés par des ordinateurs fonctionnant avec des algorithmes pouvant effectuer plusieurs millions d'opérations chaque seconde... L'Homme n'est plus en contrôle.

Si d'aventure, une machine fait une légère (et même infime) erreur lors d'un passage d'ordre à l'achat ou la vente... Des millions de machines, toutes inter-connectées dans une complexité grandissante, vont suivre la tendance... En une fraction de seconde, les marchés peuvent subir des "flash-cracks", si la situation perdure plusieurs minutes, c'est l'économie mondiale qui peut dégringoler... Effrayant !

 


 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

Et ce n'est que le début... Il manque à ce scénario catastrophe un élément encore en gestation (mais pas pour longtemps) : l'Intelligence Artificielle.

Pourquoi la situation serait alors plus dangereuse ?

Lors des premiers tests de fonctionnement de deux IA devant s’affronter dans un petit jeu inoffensif il est apparu rapidement que le comportement des deux IA, au début plus coopérative, dérivait bien vite vers un affrontement sans merci...

Dans ce jeu en collaboration, les 2 intelligences artificielles jouaient le rôle du loup et une troisième le rôle de l’agneau, elles devaient le capturer en s’entraidant et celle qui attrapait la proie avait une récompense. Au début, on peut constater qu’elles jouent le jeu en collaborant, mais au bout d’un moment, l’une prend l’ascendant sur l’autre pour gagner et se met à chasser seule.

Puis vient le moment où l'IA génère une autre version d'elle même et que cette "descendance" (son enfant en quelque sorte) est bien plus puissante que sa version mère ! Science fiction... Pas du tout, en mai 2017, Auto ML (c'est son nom) a bel et bien créé une IA-Enfant de manière totalement autonome et le rejeton s'est avéré bien plus puissant que les chercheurs de chez Google ne l'avait prévu.

Ces deux informations mises bout à bout (concurrence à mort des IA entre-elles et autonomisation des IA) pourrait bien devenir un scénario catastrophe pour l'économie mondiale, dans une lutte sans limite, en quelques nano-secondes, pour le contrôle des richesses, le contrôle du monde, sans aucune compassion pour venir freiner l'avidité !

 

C'est la situation que je décrivais dans l'article "L'effet plaque de neige", "le skieur" qui va déclencher l'avalanche pourrait tout aussi bien être un trader à la city de Londres ou... Une IA sans foi ni loi voulant juste obtenir une victoire totale... pour la beauté du geste !

On peut aussi revoir, un léger sourire au lèvre, ce vieux film des années 80 "Wargame" dans lequel un ordinateur veut juste gagner un jeu mais risque de déclencher une guerre thermo-nucléaire globale pour y arriver.

 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

LE VERROUILLAGE PSYCHOTECHNIQUE

Késako ?

C'est le choix, a un moment donné de l'histoire d'une civilisation, d'un système (éducatif, financier...), d'un mode d'agriculture (intensif, glyphosaté à souhait), d'un modèle économique (capitalisme, croissance infinie...), d'un mode de production énergétique (charbon, nucléaire...)

Ces choix, pertinent à un moment précis de l'histoire, s'avère finalement, avec le temps, être un enchaînement, une paralysie quelques années plus tard, empêchant de penser autrement, empêchant de faire d'autres choix.

Par exemple A sa construction une centrale nucléaire est faite pour durer 30 ans... On va finalement décider de la pousser à 40 pour des raisons budgétaires (en sacrifiant "un peu" de sécurité)... Puis au final, coincé dans notre modèle de production énergétique, on en construira d'autres "plus performantes"(EPR de Flamanville).

Au final le choix du nucléaire fait par le gouvernement français sous le général De Gaulle (il y a près de 60 ans !) nous aliène aujourd'hui et pour plusieurs décennies encore en empêchant le développement des énergies renouvelables.

 

 

 

 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

LA DIVISION

 

Dans un monde apaisé, civilisé, dans lequel le respect et la politesse régissent les rapports humains, une crise sera toujours amortie par ce socle civilisationnel et bienveillant.

 

Mais aujourd'hui les rapports entre les gens dans la rue ("pousse toi dl'à !"), au travail (compétition, petits chefs...), en voiture (bon là je crois que tout le monde sait de quoi je parle !), dans les grandes surfaces ("la vieille elle va attendre avec son caddie" "quoi ?! elle est enceinte?! ouais peut être mais moi je suis pressé !!"...), sur internet ("personne ne me voit alors je peux insulter, dénigrer ") à l'école (il n'a pas la bonne marque de chaussures, de téléphone...), en famille (bon là je vais passer pour un vieux réac... mais la restauration de l'autorité parentale réglerait pas mal de problème ou contrebalancerait au moins un peu les effets délétères de la publicité ou des programmes télévisés qui abreuvent nos enfants ) et sans oublier les réseaux sociaux, triomphe du règne de l'ego, du moi moi moi, des selfies et autres manifestations de l'ego-centrisme absolu dans lequel nous sombrons et qui nous empêche de regarder autrement (de regarder l'autre), nous sommes bloqués dans une certitude que notre "petite personne" est devenue la mesure de toute chose ! Notre nouveau Dieu c'est nous-même !

 

En fait, tous les aspects inter-personnels de notre société se sont dégradés. Nous vivons pourtant dans une relative sécurité, dans un pays en paix...

 

Alors imaginez ces rapports dans un monde en crise, dans un pays où chacun devrait se démener pour nourrir ses enfants, trouver de l'eau, obtenir un médicament alors que toutes les pharmacies sont fermées, retirer de l'argent alors que les distributeurs de billet sont en rade !

 

Tous les "mother fucker" "bitch" ou "fils de p..." que nous entendons au quotidien (et encore une fois alors que la situation est relativement pacifiée)  n'aideront pas les humains à se comporter autrement que comme la pire espèce qui n'ait jamais foulé cette terre, dans la pire des sauvageries,  le jour où il faudra vraiment faire des efforts pour obtenir les denrées les plus essentielles à notre survie.

 

Plusieurs autres indices me poussent à croire que nous allons vers plus de divisions, plus d'oppositions, plus de conflits.

 

Le cas de la Catalogne par exemple me semble un bon "marqueur" de ce qui nous attend.

On peut aimer l'idée de l'indépendance, on peut trouver romantique l'idée qu'un peuple conquiert son autonomie (je ne jugerai pas ici de cet aspect moral) mais l'idée sous-jacente de cette histoire Catalane est plutôt un problème économique (comme la plupart des problèmes de ce monde).

 

La Catalogne est la province la plus riche d'Espagne. l'Espagne est un pays en quasi-faillite (chômage stratosphérique, bulle immobilière, dette colossale...) et la riche province de catalane ne veut plus payer pour les "pauvres" espagnols...

 

D'ailleurs une analyse rapide des mouvements indépendantistes en Europe nous révèle bien vite la dure mais imparable réalité : La Lombardie sécessionniste est.. l'une des province les plus riche d'Italie, La Flandre belge est bien plus riche que sa voisine Wallone et aimerait bien se débarasser de ce boulet, la Bade- Wurtemberg a des velléités d'indépendance tout en étant... La troisème province la plus riche d'Allemagne... La liste est longue et nous montre que les riches ne veulent plus payer pour les pauvres (c'est un peu simplifié mais je crois que tout le monde comprend ce que cela signifie), la solidarité disparaît entre les peuples, entre les individus, entre les nations... Il n'y aura pas de bienveillance pour amortir un quelconque choc économique, social ou militaire... Chacun pour soi et Dieu (dont nous avons vu au chapitre précédent ce qu'il est devenu) pour tous !

 

De plus nos dirigeants adorent l'idée que le peuple soit divisé, c'est un gage pour les décideurs de ne pas voir la base se coaliser et un jour pouvoir se retourner contre ceux qui siègent "là-haut"... Diviser pour mieux régner !

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

L'ALIMENTATION ET L'EAU :

Selon une étude les fruits d'avant 1950 contenaient plus de 100 fois le taux de nutriments et vitamines que nos fruits de supermarché... ça c'est du progrès !

 

Selon une autre étude 100 % des échantillons prélevés sur des cheveux d'enfants de 5 à 15 ans en France contenait du glyphosate (même chez ceux qui mangeait bio !)... Quelle merveilleuse conquête de l'homme !

 

Depuis 50 ans nous assistons à une augmentation du nombre de cancer de 300 % (2000 % pour les cancers de la peau)... Quelle avancée médicale majeure !

 

Des perturbateurs endocriniens ont envahis les eaux de surface et les nappes phréatiques... Les poissons en arrivent à changer de sexe dans les cours d'eau !... La fertilité masculine est en chute libre dans nos sociétés occidentales... C'est beau, c'est réconfortant !

 

Des nano-particules sont introduites dans notre alimentation (oxyde de titane dans des friandises) sans connaissance préalable des effets sur notre organisme (et sans en informer les con-sommateurs)... On verra bien plus tard si c'était une bonne idée !

 

Des produits chimiques sont déversés dans notre eau de boisson pour la rendre "potable"  (le chlore en particulier) et de nombreux produits toxiques sont présents malgré les traitements ( glyphosate, diphosates, perturbateurs endocriniens, pesticides, herbicides, nitrates, hormones, résidus de médicaments antibiotiques, radioactivité...)


 

 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.
Voici, pour se marrer un peu, la composition de l'eau du robinet tiré du site de SUEZ (distributeur d'eau) :
L’eau, une source intarissable de bienfaits…

Des sels minéraux, essentiels pour le corps

• le calcium, indispensable au système osseux, est important pour le fonctionnement des muscles, la régulation de la pression artérielle et la protection du système digestif.

 Un litre d’une eau du robinet dure (riche en calcium) peut en apporter 15 à 20 % de la quantité journalière recommandée.

• le magnésium, important pour l’équilibre nerveux, la contraction musculaire, le rythme cardiaque et la défense de l’organisme, aide le calcium à se fixer dans les os et agit sur la croissance.

• le potassium joue un rôle important dans la plupart des fonctions d’échange de l’organisme. Il est par exemple essentiel à la contraction musculaire et aux sécrétions gastriques.

• le chlore, ajouté à l’eau en quantité infime (sans nocivité pour la santé), garantit sa qualité durant son transport.

Des oligo-éléments, très précieux en petite quantité

• Le silicium, qui favorise la fixation du calcium et la protection des artères
• Le fer, qui contribue à l’oxygénation des cellules. 
• Le cuivre, qui est utile aux articulations et pour lutter contre l’arthrose.
• Le fluor, qui aide à renforcer la structure de l’émail des dents.

 

A croire ces bienfaiteurs de l'humanité, boire de l'eau du robinet réglerait bien des problèmes de santé !

Sommes-nous devenus assez fous pour confier à des intérêts privés, les yeux fermés, notre accès à une denrée aussi essentielle que l'eau ?... et bien oui, c'est ce que nous faisons chaque jour !

 

Hippocrate disait "Que ton alimentation soit ta première médecine"... A croire que nous désirons être malade !

 

Enfin plusieurs autres pathologies de nos sociétés modernes :

Burn out (stress, manque de lumière naturelle et exposition massive aux écrans),

baisse du QI généralisé pour la première fois dans l'histoire humaine (société de l’immédiateté, plus d'efforts à fournir pour accéder au savoir, alimentation trop riche...),

affaiblissement des défenses immunitaires (cocktails de produits chimiques qui modifient en profondeur nos organismes),

niveau de concentration des enfants réduit à quelques secondes sur une même tâche (moins que certains poissons rouges)...

Que du bon, que du progrès, que de merveilleuses perspectives pour la suite !


 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

Concernant notre approvisionnement en eau et en aliments :

Nous dépendons totalement de grandes compagnies privées qui ne pensent qu'en termes de rentabilité, pour qui nous ne sommes que des con-sommateurs...

 

Pour notre alimentation, nous consommons des denrées sans nutriments, sans aucune valeur pour notre organisme (quand ils ne sont pas carrément toxiques), qui ont effectué des milliers de kilomètres, qui sont produits dans des pays lointains dans des conditions déplorables, transportés par des noria de bateaux, d'avions et de camions, transformés par une industrie agro-alimentaire sans scrupules et qui nous sont vendus par des supermarchés devenus notre quasi-unique source d'approvisionnement ... Nous marchons sur la tête !

 

Une partie de la solution pour gérer correctement votre approvisionnement en aliments sains réside dans votre possibilité d'accès à un lopin de terre fertile et à votre compétence à cultiver cette terre pour en tirer des légumes frais et nutritifs.

Après voir régler le problème de votre approvisionnement en eau "vraiment potable" (apprendre à potabiliser vous même votre eau), c'est votre prochaine priorité !

 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

DE LA DEMOCRATIE A L'IDIOCRATIE :

Pourquoi, alors que nous sommes tous parfaitement au courant de ce qui se passe, nous ne faisons rien, absolument rien pour que cela change ?!

C'est tout de même surprenant !

A cela deux raisons principales (il y en a d'autres...) Nous avons encore quelque chose à perdre (dans la grande majorité d’entre nous) tant que notre assiette n'est pas vide nous ne pouvons pas nous révolter.

Et on nous berce quotidiennement de contenus lénifiants, de distractions (ce mot veut bien dire ce qu'il veut dire) afin de ne pas trop nous éveiller... et au passage remplir le vide ainsi créé par de la publicité, de l'envie d'acheter, des désirs d'avoir !

 

L'arme principale des corporations, des politiques et des communicants pour nous garder sous contrôle : Les médias mainstream (TV, magazines et radio).

La concentration du pouvoir médiatique est devenu ubuesque, la diversité des supports masque difficilement la main mise de quelques personnes sur l'ensemble de la "pensée" de notre société.

 

 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

 

Ce 15 décembre 2017, deux anciens dirigeants de Facebook ont lâcher une bombe. Et pas n’importe quels dirigeants, il s'agit de Chamath Palihapitiya et Sean Parker, ancien vice-président chargé de la croissance et président de l’entreprise.

Chamath Palihapitiya se sent « immensément coupable » d’avoir « créé des outils qui déchirent le tissu social » rien que ça !

Et à l’occasion d’une conférence donnée en novembre 2017 à l'université Stanford , il ajoute : « Il n’y a pas de discours citoyen, pas d’entraide. Il y a de la désinformation. […] Vous ne le comprenez pas, mais vous êtes programmés. Et maintenant, c’est à vous de décider ce que vous voulez abandonner, à quel point vous êtes prêts à renoncer à votre indépendance intellectuelle. »

Sean Parker sera alors encore plus direct : « Dieu sait ce que ça fait au cerveau de nos enfants. […] Les inventeurs, les créateurs comme moi, Mark Zuckerberg, Kevin Systrom, d’Instagram, et tous ces gens avions bien compris cela. C’était conscient. Et on l’a fait quand même. »

Édifiant et terrifiant !

 

 

 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

Quand on sait aussi que les enfants de Steeve Jobs (ancien PDG D'Apple) n'avait pas le droit de se servir d'une tablette à la maison et qu'ils étaient scolarisés, comme beaucoup d'enfants de cadres des entreprises de la Silicon Valley, dans des écoles quasi dés-informatisées... cela en dit long sur l'énorme manipulation à l’œuvre et toujours pour le contrôle de votre esprit... Il est temps de résister !

 
Collapsologie, survivalisme et autonomie.

L’ALIÉNATION DE LA DETTE :

Que ce soit pour acquérir votre maison, votre voiture, pour qu'une entreprise investisse dans de nouvelles machines, pour qu'un agriculteur achète un nouveau tracteur, pour qu'un état puisse continuer à fonctionner... Tout, absolument tout ce qui nous entoure existe par la magie de la dette.

La dette est l'invention qui a permis à l'être humain de devenir ce qu'il est aujourd'hui (et je ne pense pas, vous l'avez compris, que ce soit pour son bien !), mais aujourd'hui les dettes sont devenues incontrôlables, nous créons même des dettes écologiques en exploitant, à crédit, les ressources de notre planète plus rapidement qu'elle ne peut les reconstituer (cette année 2017, la date de la consommation totale des ressources planétaires était le 2 août , depuis nous vivons à crédit ! Pour info, cette date en 2009 était le 25 septembre !)

 

 

La dette mondiale a doublé depuis 2008 elle est aujourd'hui de 192 000 milliards d'euros et représente 324 % du PIB mondiale ! (les chiffres commencent à ne plus vouloir dire grand chose à ces niveaux là !)

 

Le volcan des dettes nationales et de la servitude des intérêts à rembourser :

 

DETTE PUBLIQUE RAPPORTÉE AU PIB :

PaysDernier 
Japon 250.402016-12 
Grèce 179.002016-12 
Liban 146.002016-12 
Italie 132.602016-12 
Cap-Vert 130.972016-12 
Portugal 130.402016-12 
Jamaïque 122.802016-12 
Mozambique 120.002016-12 
Bhoutan 118.602016-12 
Singapour 112.002016-12 
Chypre 107.802016-12 
États-Unis 106.102016-12 
Belgique 105.902016-12 
Espagne 99.402016-12 
France 96.002016-12 
Jordanie 95.002016-12 
Canada 92.302016-12 
Égypte 92.302016-12 
Royaume-Uni 89.302016-12 
Zone Euro 89.202016-12

 

 

 

Et aujourd'hui en 2017 c'est 250 % pour le Japon !
Et aujourd'hui en 2017 c'est 250 % pour le Japon !

Et aujourd'hui en 2017 c'est 250 % pour le Japon !

 

 

Bulles financières à tous les niveaux (marchés actions, obligataires, crypto-monnaies, immobilier...), crédits étudiants (USA et Chine), bulle des retraites (France, Japon, Allemagne...), l'exposition gigantesque des banques sur les marchés financiers au travers de produits dérivés (tiens je croyais que depuis 2008 c'était réglé !)

La dégringolade peut venir de n'importe lequel de ces facteurs !

 

 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

L'ILLUSION DE LA SOLIDITÉ :

Des preuves de la fragilité de nos réseaux de communications, de transport et d'énergie nous arrivent tous les jours.

SNCF, EDF, grandes surfaces et flux tendus routiers, vétusté des ouvrages d'art (pont, routes)...

 

Zone en construction

 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

 

LA COMPLEXITÉ CROISSANTE DE NOS SYSTÈMES :

 

1 million de personnes bloquées par une panne informatique, pénurie de beurre dans les rayons (et si cette pénurie avait concerné.. mettons... du papier toilette par exemple !) pour cause d’intérêts financiers complexes, pénurie de carburant dans 70 % des stations essences pour cause de... rumeur de pénurie relayé par les médias...

 

Les problèmes surgissent aujourd'hui, non pas pour cause d'incompétence des décideurs (ça peut arriver me direz-vous !), mais pour cause d'une complexification à outrance des systèmes qui gèrent le quotidien de millions de gens (acheminement de la nourriture, distribution de l'eau, gestion des centrales de production d'électricité, gestion des réseaux de transports en commun, disponibilités de vos fonds bancaires, flux financiers internationaux... )

 

Touts les aspects de nos vies sont soumis à la bonne conduite des systèmes informatiques et numériques.

 

La moindre erreur à la trentième décimale d'un ordinateur au Japon, en Russie ou en France peut provoquer un effondrement plus ou moins généralisé... sans compter les petits "génies" de la discipline qui pourrait provoquer une panne mondiale d'internet.

 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

 

 

Ma préparation :

Apprendre à faire soi-même des remèdes les plus efficaces possible à base de plantes de son jardin (ou récoltées dans la nature), voilà un savoir qui peut faire la différence entre la vie et la mort (pour soi même et ses proches) en cas de panne du système et de pénurie de médicaments.

Plantes médicinales :

- aloe vera (à cultiver en pot chez soi), résout bien des problèmes de peau (brûlures, infections, cicatrisations...)

- racines de bardane : Il est interdit d'en parler (en France !!!) car la racine et surtout les fruits sont très riche en l'arctigénine... (Je vous explique bientôt ce que c'est !),

- bouillon blanc : pour confectionner le sirop contre la toux le plus efficace qui soit, en conjonction avec le thym et l'origan... La recette ici

- origan : l'une des plantes les plus antiseptique que l'on peut cultiver,

- camomille : calmante, apaisante, bonne pour le sommeil des enfants accompagnée de miel...

- menthe : digestive, améliore le goût de biens des décoctions, très utile pour faire passer les autres remèdes (surtout aux enfants) quand ces derniers sont un peu amères !...

- thym : antiseptique, en inhalation certainement l'un des remèdes les plus efficace contre les atteintes des broches...

- eucalyptus : à mélanger dans les inhalations contre les affections bronchiques,

- pousses de ronce : efficace contre les maux d'estomac et les problèmes de diarrhée aiguë... l'article ici

- reine des près : contient de l'acide salicylique qui est le composé de base proche de celui de l'aspirine (aide à combattre les douleurs et les fièvres).

- laitue sauvage : Cette plante sécrète une sève blanche très amère qui a des propriétés sédative et anti-douleur extraordinaire... On l’appelle d'ailleurs "l'opium du pauvre" !

 

 

 

 

 

 

 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.
Collapsologie, survivalisme et autonomie.

Alimentation : potager et plantes sauvages comestibles (une dizaine de plantes à connaître, pas besoin de passer un doctorat en herboristerie !), aliments de santé (kéfir, tisanes...), conservation sans énergie (lactofermentation), stérilisation...

Eau : approvisionnement, filtration, stockage, réduction conso...

Énergie : panneaux solaires, batteries, réduction conso...

Régulation thermique (poêle à bois, cuisinière à bois)...

Endurance pour moi et ma famille, s'habituer à vivre sans électricité (ou très peu), sans services publics, sans médecins, sans chauffage (pull, duvets, couverture), sport (course, sport de combat)...

 

Zone en construction

 

La solution MIRACLE !

Évidemment c'est une boutade, un slogan (saviez-vous que le mot slogan, qu'il soit publicitaire ou politique,  vient du mot gaélique "sloag guern" qui signifie littéralement "cri de guerre" ... Une guerre pour la possession de votre esprit !)

 

Il n'y a évidemment pas de solution MIRACLE et ceux qui vous la vende se moquent de vous, tout simplement !

 

Disons alors que je vous propose MA SOLUTION MIRACLE - QUOTIDIENNE !

 

La simplification.

Simplifiez tout, tous les aspects de votre vie, décomplexifiez votre mode d'accès à l'eau, à vos denrées alimentaires, à votre chauffage, à toutes les formes d’énergie dont vous avez besoin pour vivre.

 

Faites toujours le choix de la méthode la plus simple.. et si vous pouvez encore simplifiez.. Faites le !

Pouvez-vous remplacer des outils électriques par des outils à main... Si la réponse est oui, faites le !

Pouvez-vous filtrer obtenir et potabiliser votre eau sans courant électrique, sans pompe ? Faites le !

Pouvez vous chauffer votre maison avec seulement quelques bûches de bois (et faire la cuisine, chauffer de l'eau, stériliser vos conserves, faire sécher votre linge et récupérer de la cendre pour le jardin avec la même bûche !).. Faites le !

 

Voir ci dessous l'article sur la cuisinière à bois

 

 

 

Une fois que vous aurez pris l'habitude de tout simplifier, vous atteindrez un niveau d'autonomie supérieur à celui que vous avez aujourd’hui.

 

L'autre maître mot qui doit régir votre quête d'autonomie est : ROBUSTESSE.

 

Choisissez les outils les plus fiables, les plus costauds, les moins complexes à réparer, les moins dépendants de sources énergétiques dont vous ne maîtrisez pas l'approvisionnement.

 

En résumé : Une pelle-bêche plutôt qu'un motoculteur.

 

La robustesse s'applique aussi à vous (et à vos proches)... Devenez robuste, devenez fort (physiquement). Et là, l'autre avantage de choisir la pelle-bêche sur le motoculteur c'est que cela va vous renforcer naturellement !

On est jamais assez fort et robuste !

Je rentre du jardin et je me rends compte que la demi-journée à brasser terre, cailloux et différents outils m'ont fatigué et endolori le dos... Si j'avais besoin, en plus, d'aller chercher de l'eau, de faire plusieurs kilomètres en vélo, de couper du bois ou avoir à défendre ma famille... cela s’avérerait bien moins facile que je ne le crois...

 

 

 

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

Quelques autres pistes de réflexion (pas toutes dans l'air du temps)

ATTENTION CE CHAPITRE POURRA CHOQUER CERTAINES PERSONNES... Vous savez quoi... Si vous faites partie de ces personnes, inutile de manifester votre hargne à la lecture de ces quelques lignes... Cela n'aura aucune espèce d'importance, et pour parler plus trivialement : Je m'en fous !

Ceci étant précisé, continuons.

Le rôle de chef de famille, au sens de "chef de meute", doit retrouver sa valeur.

J'entends ce terme de "chef de famille" non pas comme un droit à la toute-puissance, incontestable et tyrannique, mais bien comme une immense responsabilité, celle de protéger, nourrir, chauffer, défendre les siens, coûte que coûte, au prix même se son propre sacrifice si il le faut.

Et si dans le couple, c'est la femme qui est la plus forte (physiquement) ou la plus qualifiée pour une tâche ou une autre, cela ne me pose aucun souci, c'est alors à elle d'assumer ce rôle.

Les femmes ont elles aussi une place à reprendre, ensemble et chacun selon ses capacités, ses qualités propres pour redonner du sens à l'éducation, à l'enseignement de valeurs tombées en désuétude et qui, pourtant, régleraient bien des maux de nos sociétés modernes. Il ne s'agit pas d'obéir aveuglément à la nouvelle religion du "tout-égalitaire" (l’égalitarisme est une plaie fille du politiquement correct, un cancer de l'esprit).

Nous ne sommes pas égaux, c'est simple, c'est clair... inutile de faire croire à tout le monde qu'il pourra devenir cosmonaute, prix nobel de littérature, boxer professionnel, ébéniste ou membre du GIGN... Chacun, avec son potentiel, doit trouver sa place.

Les hommes et les femmes aujourd'hui doivent reconquérir, chacun, une place qui leur est, de plus en plus, déniée par une mono-pensance absurde, une idéologie largement diffusée par nos chers médias... Encore une division de plus pour mieux contrôler la société !

Qui bono ? : A qui profite le crime ?

De mon point de vue d'homme, les valeurs masculines doivent redevenir synonyme de courage, d'honneur, de respect et de responsabilité.

Disons que la notion de gentilhomme du XVIII siècle (je suis un incorrigible lecteur de Monsieur De Rostand et de son Cyrano) me semble assez correspondre à cette définition... Et avec ce genre de valeurs, pas de violences faites aux femmes, pas de comportement machiste... Tout simplement impossible !

A titre individuel ou pour mes enfants c'est possible (cours de musique ET d'arts martiaux par exemple)... à l’échelle d'une société "égotiser" à outrance... c'est plus compliqué !

On peut toujours rêver !

 

 

 

 

Je partage ici un texte d'Yves Cochet ou quand un ancien politique professionnel retrouve sa liberté de parole.Il nous livre sa vision d'un futur très proche... Trop proche !

 

 

"De la fin d’un monde à la renaissance en 2050

Il y a trente-trois ans naissaient Les Verts, première organisation unifiée de l’écologie politique en France. Jusqu’à aujourd’hui, les représentants de ce parti, puis ceux de son successeur EE-LV, ont rempli presque tous les types de mandats aux fonctions électives des institutions républicaines. Pour rien, à peu de choses près. Sous l’angle écologique de l’état géo-bio-physique de la France - de l’Europe et du monde - avouons que l’état de santé de ces territoires ne cesse de se dégrader par rapport à celui de 1984, comme le montrent à l’envie les rapports successifs du Giec, du PNUE, du Programme géosphère-biosphère et autres publications internationales alarmistes les plus récentes. Sous l’angle social et démocratique, le constat est du même ordre : creusement des inégalités, accroissement de la xénophobie, raidissement des régimes politiques. Initialement munis d’une immense générosité intellectuelle et porteurs de la seule alternative nouvelle à la vieille gauche et à la vieille droite, les écologistes politiques ont aujourd’hui presque tout perdu, même leurs sièges. Ils apparaissent périmés, faute d’être présents au réel. Celui-ci a beaucoup changé depuis trente-trois ans, particulièrement par le passage du point de bascule vers un effondrement global, systémique, inévitable. Jadis, inspirés par le rapport Meadows ou les écrits de Bernard Charbonneau, René Dumont et André Gorz, nous connaissions déjà les principales causes de la dégradation de la vie sur Terre et aurions pu, dès cette époque et à l’échelle internationale, réorienter les politiques publiques vers la soutenabilité. Aujourd’hui, il est trop tard, l’effondrement est imminent.

Bien que la prudence politique invite à rester dans le flou, et que la mode intellectuelle soit celle de l’incertitude quant à l’avenir, j’estime au contraire que les trente-trois prochaines années sur Terre sont déjà écrites, grosso modo, et que l’honnêteté est de risquer un calendrier approximatif. La période 2020-2050 sera la plus bouleversante qu’aura jamais vécue l’humanité en si peu de temps. A quelques années près, elle se composera de trois étapes successives : la fin du monde tel que nous le connaissons (2020-2030), l’intervalle de survie (2030-2040), le début d’une renaissance (2040-2050).

L’effondrement de la première étape est possible dès 2020, probable en 2025, certain vers 2030. Une telle affirmation s’appuie sur de nombreuses publications scientifiques que l’on peut réunir sous la bannière de l’Anthropocène, compris au sens d’une rupture au sein du système-Terre, caractérisée par le dépassement irrépressible et irréversible de certains seuils géo-bio-physiques globaux. Ces ruptures sont désormais imparables, le système-Terre se comportant comme un automate qu’aucune force humaine ne peut contrôler. La croyance générale dans le libéral-productivisme renforce ce pronostic. La prégnance anthropique de cette croyance est si invasive qu’aucun assemblage alternatif de croyances ne parviendra à la remplacer, sauf après l’événement exceptionnel que sera l’effondrement mondial dû au triple crunch énergétique, climatique, alimentaire. La décroissance est notre destin.

La seconde étape, dans les prochaines années 30, sera la plus pénible au vu de l’abaissement brusque de la population mondiale (épidémies, famines, guerres), de la déplétion des ressources énergétiques et alimentaires, de la perte des infrastructures (y aura-t-il de l’électricité en Ile-de-France en 2035 ?) et de la faillite des gouvernements. Ce sera une période de survie précaire et malheureuse de l’humanité, au cours de laquelle le principal des ressources nécessaires proviendra de certains restes de la civilisation thermo-industrielle, un peu de la même façon que, après 1348 en Europe et pendant des décennies, les survivants de la peste noire purent bénéficier, si l’on peut dire, des ressources non consommées par la moitié de la population qui mourut en cinq ans. Nous omettrons les descriptions atroces des rapports humains violents consécutifs à la cessation de tout service public et de toute autorité politique, partout dans le monde. Certains groupes de personnes auront eu la possibilité de s’établir près d’une source d’eau et de stocker quelques conserves alimentaires et médicamenteuses pour le moyen terme, en attendant de réapprendre les savoir-faire élémentaires de reconstruction d’une civilisation authentiquement humaine. Sans doute peut-on espérer que s’ensuive, autour des années 50 de ce siècle, une troisième étape de renaissance au cours de laquelle les groupes humains les plus résilients, désormais privés des reliques matérielles du passé, retrouvent tout à la fois les techniques initiales propres à la sustentation de la vie et de nouvelles formes de gouvernance interne et de politique extérieure susceptibles de garantir une assez longue stabilité structurelle, indispensable à tout processus de civilisation.

Ce type de sentences aussi brèves qu’un slogan peuvent entraîner une sensation de malaise chez le lecteur qui viendrait à se demander si la présente tribune n’est pas l’œuvre d’un psychopathe extrémiste qui se vautre dans la noirceur et le désespoir. Au contraire, débarrassés d’enjeux de pouvoir et de recherche d’effets, nous ne cessons d’agir pour tenter d’éviter la catastrophe et nous nous estimons trop rationnels pour être fascinés par la perspective de l’effondrement. Nous ne sommes pas pessimistes ou dépressifs, nous examinons les choses le plus froidement possible, nous croyons toujours à la politique. Les extrémistes qui s’ignorent se trouvent plutôt du côté de la pensée dominante - de la religion dominante - basée sur la croyance que l’innovation technologique et un retour de la croissance résoudront les problèmes actuels. Si notre prospective est la plus rationnelle et la plus probable, reste à en convaincre les militants d’EE-LV, les Français et tous nos frères et sœurs en humanité. La dissonance cognitive de nos sociétés empêche que ceci soit possible en temps voulu. Cependant, les orientations politiques déduites de cette analyse deviennent relativement faciles à décrire : minimiser les souffrances et le nombre de morts pendant les décennies à venir en proposant dès aujourd’hui un projet de décroissance rapide de l’empreinte écologique des pays riches, genre biorégionalisme basse-tech, pour la moitié survivante de l’humanité dans les années 40. Autrement dit, profiter de la disponibilité terminale des énergies puissantes et des métaux d’aujourd’hui pour forger les quelques outils, ustensiles et engins simples de demain (les années 30), avant que ces énergies et ces métaux ne soient plus accessibles. Sans surprise, hélas, notre perspective générale ne semble pas encore partagée par la majorité des écologistes qui tiennent leurs Journées d’été européennes à Dunkerque. Ainsi, la plénière finale du samedi 26 août est-elle en partie consacrée au «développement industriel» en Europe. Un élan vers le pire."

 

En résumé, il est trop tard, pas la peine de "préparer la transition" de "penser nos modes de consommation" de "réduire notre empreinte carbone"... Non, il ne vous reste plus qu'à vous préparer à encaisser le choc, à limiter les souffrances autour de nous et à prévoir vos outils pour reconstruire quand le pire sera passé (remarquez bien qu'il ne s'agit plus d'éviter le pire mais de lui survivre !)

 

 

Ray Dalio

Ray Dalio

MISE A JOUR du 17 février 2018.

Une information importante est sortie hier, Ray Dalio a parié 22 milliards de dollars (ce qui en fait le plus gros pari de l'histoire des fonds d'investissement) contre l'Europe et ses entreprises... Autrement dit, Ray Dalio pense que l'Europe va se planter... Et dans un laps de temps très court !

Mais je vous entends déjà me dire... Mais c'est qui Ray Dalio ?!

Ce monsieur est à la tête du plus gros fond d’investissement du monde, le hedge fund Bridgewater.

Il déjeune (et dîne probablement aussi) régulièrement avec les personnes les plus influentes du monde financier, parmi lesquelles on doit bien trouver quelques dirigeants de banques centrales et de grosses institutions financières... Donc on peut, à notre tour, parier (un peu moins certes !!!!) qu'il est dans le secret des Dieux et qu'il doit savoir quelque chose que les autres ignorent pour se permettre d'engager plusisuers milliards dans un pari qui semble risqué (si on en croit nos dirigeants puisque "l'économie repart", "il y a de moins en moins de chômeur"... j'en passe et des meilleurs !)

 

Et que peut bien être cette information si capitale qu'il lui fait parier 22 milliards de dollars contre l'Europe... Et bien je pense qu'il sait qu'au prochain mouvement baissier des marchés, qu'à la prochaine crise financière (dont les prémices ont eu lieu en cette fin janvier 2018, qu'au procahin krach boursier... Les banques centrales ne viendront pas sauver le marche comme elle l'ont toujours fait !

Je crois qu'au point où l'économie mondiale est arrivée, les banques centrales vont "sacrifier" les marchés boursiers... Et ça ne se fera pas dans la soie et la dentelle !

Collapsologie, survivalisme et autonomie.

MISE A JOUR 2 mars 2018 :

Fiat Lux !

Tout s’éclaira d'un coup !!!

Je me demande depuis plusieurs jours quelle peut bien être la raison de l'énorme pari de 22 milliards contre l'économie européenne et ses raisons profondes de la part du hedge fund Bridgewater...

Je crois que j'ai trouvé.

Il y a des élections en Italie qui arrivent (oui, je sais, on n'en parle pas beaucoup dans les mainstream !) mais cette fois ci, ces élections risquent fort d'être gagné par des partis "eurosceptiques" (j'aime bien ce mot... ça fait gentil et réfléchi !) mais qui, en fait, pourrait bien déclenché la sortie de l'Italie de la zone euro... Avec les conséquences cataclysmique que cela aurait.

Les trois premiers partis qui arrivent en tête dans les sondages sont trois partis qui veulent la sortie de l'Italie de la zone euro (avec un retour possible de Berlusconni à la tête de l'état italien... et à son âge et avec l'envi de revanche contre pas mal de monde... ça pourrait être sportif) !

Ray Dalio, lui, a anticipé ces évènements et je crois qu'il est dans les starting blocks pour le grand chambardement !

Et nous ?! Et vous ?!

La réponse pourrait ne pas tardé... à suivre donc.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires
J
Bonjour à tous, je suis depuis peu en phase de sensibilisation aux notions de survie. Il est absolument inouï de tomber sur un tel article après avoir cherché à comprendre les différents usages pratiques possibles avec un couteau.<br /> Ce texte touche, éveille, et fait prendre conscience. J'avais pour habitude de dire que même dans les films, il y avait une part de vérité cachée. Il est, pour preuve étonnant de constater le nombre croissant de films parlant de l'après guerre, de l'après "fin du monde", et je pense, des zombies, n'étant autres que la représentation , dites moi si je me trompe, nos simples compatriotes, urbains pour la plus grande part d'entre eux, des télé-lobotomisés anti-survivalistes affamés, en proie au maladies, puisque dépourvus de toute immuno-défense.<br /> Bref, j'adhère, je partage, et tant bien que mal, je me prépare, et me préparerai . Le plus difficile, je pense, aujourd'hui, étant de se réveiller de notre torpeur, et de renouer avec l'essentiel; la nature originelle, du moins ce qu'il en reste.<br /> Bonne continuation, et j'attends les mises à jour.
Répondre
I
Merci pour la belle images
Répondre
M
Bonjour. très bel article. très intéressant. un beau blog. n'hésitez pas à visiter mon univers. lien sur pseudo. à bientôt. bises
Répondre
S
Beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. un blog très intéressant. J'aime beaucoup. N'hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo). au plaisir
Répondre
J
Je cherche les coordonnées de quelqu’un pour le renseigner sur les couteaux résilient, autonome...<br /> Merci
Répondre
M
Good topic))
Répondre
P
le texte est d'Yves Cochet, pas de Yves Jadot (qui s'appelle d'ailleurs Yannick Jadot
Répondre
T
Merci pour votre vigilance, erreur corrigée.
S
Aaahh, enfin de retour, et avec un superbe article ! Comme toujours j'ai envie de dire...<br /> <br /> Un bon résumé du bouquin de Piero San Giorgio, sans la partie défense. Comment envisagez-vous les choses et qu'avez-vous prévu à ce niveau ? Car de notre côté, nous avons déjà entamé une grosse refonte de notre vie (départ à la campagne dans une ancienne ferme, mise en place de plus d'indépendance au niveau énergétique, alimentaire, etc...). Mais je dois dire que l'aspect sécurisation de la famille et de tout ce travail d'autonomie me parait impossible.<br /> <br /> Si on envisage un effondrement tel, qu'il n'y aurait plus aucun service étatique et où les populations se retrouvent dans une telle situation qu'elles seront contraintes à un moment donné de quitter les villes pour les campagnes, comme on l'a vu durant les guerres, les gens isolés et un peu préparés seront vite submergés !<br /> <br /> De mon point de vue, ce qui me semble extrêmement problématique, est qu'il parait évident que seule une infime minorité de gens se prépare de la sorte. On peut y ajouter ceux qui sont déjà "naturellement" plus ou moins résilients comme les anciens du monde rural. Mais concrètement, que fera-t-on lorsque que, dans le "meilleur des cas", une famille aux abois avec des enfants malades et qui crèvent de faim débarqueront chez vous ? Pour ce qui est des situations beaucoup plus belliqueuses, je laisse jouer votre imagination, mais me vient des images extrêmement glauques. Et ce n'est pas votre calibre 12 obtenu grâce à la licence du club de tir du coin qui fera barrière longtemps face aux racailles, déjà pas très civiques en temps normal, alors dans de telles circonstances...<br /> <br /> Le lien social et la sécurité vont à mon sens de pair. Et ce sont les deux aspects les plus difficiles à mettre en place. Sensibiliser son entourage, ses voisins, à ces problématiques est très difficile sans passer pour un dingue. Et quand bien même, de là à les faire changer de vie... Aucune chance de subsister seul avec sa famille et même 2-3 amis dans un tel contexte, même préparé. Une vision qui vient à l'esprit serait les structures moyenâgeuses avec des communautés de paysans protégés par un château seigneurial avec des enceintes etc... Ceci se mettra peut-être en place par la force des choses, au bout d'un moment. Mais en attendant... et cela voudrait dire quitter sa maison et tout le travail réalisé pour intégrer une telle communauté (peut-être avec un tyran au commande ?). J'ai vu des projets de villages autonomes en France. Bonne initiative ! Mais c'est au niveau national qu'il aurait fallu agir. Engager un plan rouge, martial, radical, tout ce que vous voulez comme trucs en AL et qui s'inscrit dans une décroissance totale. Enfin bon c'est trop tard... on va revenir au XIXème siècle, avec des masses dotés d'un cerveau coca-cola... HAI HAI HAI<br /> <br /> Mon optimisme réside dans le fait que nous habitons assez éloigné des grandes mégalopoles et dans l'espoir qu'elles absorberont les premiers chocs le plus longtemps possible, laissant le temps aux populations des campagnes et des gens qui se préparent pour s'organiser et se structurer pour faire face. Population de Paris (hors agglo) : 2 220 000 Paris périurbain : 12 500 000. Marseille : 850 000 Marseille périurbain : 1 700 000.<br /> <br /> Bon enfin voilà, je me penche sur ces sujets depuis assez longtemps de manière la plus objective et honnête possible, mais certaine problématique restent insolubles. Dans tous les cas, il vaut mieux se préparer que de ne rien faire du tout, le choc n'en sera que moins dure (à moins d'être identifié comme sources de ressources à piller...). Adopter ce mode de vie plus simple, est de toutes manières extrêmement positif à tous points de vue. Que l'on soit d'accord ou non avec l'idée d'un effondrement, cultiver une certaine autonomie, alimentaire, énergétique, c'est cultiver sa liberté. C'est manger sainement au rythme des saisons et apprendre cela à ses enfants, c'est revenir à des activités passionnantes, saines pour le l'esprit et le corps étroitement liées avec la nature et dont on comprend pleinement les finalités. Et si rien ne s'effondre, super ! Tout le monde devrait vivre comme ça.<br /> <br /> PS : le texte cité en fin d'article n'est pas de Yves Jado mais de Yves Cochet (ancien Ministre de l'environnement, encore plus frappant !) parut dans Libération le 23 août 2017.<br /> <br /> Bonne continuation !
Répondre
T
Bonjour et merci pour votre long et argumenté commentaire. Avoir une petite communauté avec soi est probablement le meileur moyen de s'en sortir, entièrement d'accord. Je me souviens lors du siège de Sarajevo des habitants d'un immeuble -serbes et bosniaques mélangés- avaient continués à s'entraider, allant même jusqu'à décider ensemble de ne pas abattre un arbre dans leur cour commune pour en faire du bois de chauffage pour, une fois la guerre finie, pouvoir s'assoir ensemble dessous et se dire qu'ils avaient fait quelque chose de bien... C'est bien jolie comme histoire mais la plupart (mettons un bon 80 %) des habitants de la ville se sont plutot, au mieux, retrouvés seuls, luttant pour leur survie au pire à participer aux massacres et aux pillages pour se nourir ! Donc la communauté OUI à condition d'avoir les bonnes personnes déjà présentes dans la préparation... Toujours construire son arche avant qu'il ne tombe les premières gouttes du déluge, après c'est trop tard !. Bonne journée.
L
Merci pour ce super article clair et argumenté! J'adère à 100%<br /> Nous sommes justement en train de construire notre maison en privilégiant l'autonomie et la simplicité.<br /> Diminuer ses dépendances permet aussi de regagner en liberté.j'attends les prochains articles ;-) bonne continuation.
Répondre
P
Je découvre par hasard votre blog aujourd'hui ( je cherchais des informations sur les bottes Sorel Caribou ) et je partage votre philosophie. Je pense qu'il faut effectivement mieux se préparer au pire. Bravo pour vos articles bien faits et accompagnés de belles photos. Je suivrai vos écrits, à bientôt
Répondre
D
Hello Théo<br /> Content de te revoir même si le sujet, débattu maintes fois, nous laisse peu enclins à la gaudriole...<br /> On avait du échanger une fois ou deux. Je vis sur l'ile de la Réunion et j'avais moi aussi un peu parcouru quelques bras de Charente avec mon canoë.<br /> Depuis quelques mois j'ai enfin pu trouvé un groupe d'environ 8 personnes que nous appellerons des "prévoyants" plus que des adeptes du SRVSM trop connoté à mon sens.<br /> D'ailleurs à chaque fois qu'il m'arrive d'essayer , non plus de convaincre, mais plutot de mettre en garde des proches ou des connaissances quand on me questionne sur mes installations (je précise qu'ici, le chaos peut débouler assez rapidement notamment en ce moment en période cyclonique.. 15 jours de reserves dans les magasins je crois si le port est détruit. Il y a peu , des gens se sont battus pour des bouteilles d'huile de cuisine lors d'une promo mise en place par une grande surface. Ca donne une idée de l'endroit ou est placé le curseur question point d'échauffement !) on me demande en se marrant si la prochaine étape n'est pas par hasard l'enfouissement d'un container dans l'attente de l'arrivée des hordes de world war Z ?<br /> Maintenant je garde mon calme et je leur dit que mon grand père était un survivaliste (merde ! je l'ai dit !) puisqu'il cultivait sa terre, élevait des bêtes, faisait même des conserves pour les mois de disette et , chose insensée avait un fusil, le fou, chargé au dessus de la cheminée pour la chasse ou éloigner les opportuns...<br /> Bon il disait aussi qu'un soir il avait vu un zombie en rentrant du café du commerce chez Vivi Lefort mais c'était juste rené Boutant de l'Aumère qui s'était vomi dessus en sortant du même bistrot une heure plus tôt ! Tout le monde le savait... René il faisait déjà un peu peur de jour alors...<br /> Ca c'était pour détendre un peu.<br /> Je voulais juste rejoindre Seb concernant la diffusion d'informations et la sensibilisation juste au delà du cercle familial parce qu'à mon sens c'est une des clés. Le souci c'est le temps à y consacrer et les levier à employer pour parvenir à un semblant de cohésion. J'y travaille dans mon quartier depuis pas loin de trois ans maintenant et je dois reconnaitre que les résultats sont minces. Je n'ai pu parler de préparation, sur le bout des lèvres, qu'à 2 ou 3 personnes (sur une cinquantaine...). Ce qui m'inquiète, c'est que sans préparation, ne serait ce que psychologique à un débordement d'humains potentiellement affamés pour ne citer qu'un exemple, à mon avis la plupart aura une réaction épidermique qui ne fera qu'empirer les choses.<br /> Je crois vraiment que c'est une des clés de la préparation mais probablement la plus chronophage et comme cela a été dit, il semble que nous n'avons plus le temps.<br /> Le groupe dont j'ai parlé plus haut a la chance de vivre dans le même secteur et que certains d'entre nous ont de la surface pour stocker collectivement. <br /> Depuis que nous travaillons ensemble, car il s'agit bien d'un travail, l'enthousiasme est pour ma part revenu (si je puis parler d'enthousiasme pour un sujet pareil ?) et le fait de se sentir moins seul est primordial . J'encourage donc tout le monde à faire la même chose même si cela peut prendre du temps. Cela prendra toujours moins de temps et donnera plus de résultats que la préche auprès de gens déjà trop accros à la téléréalité, aux médias mensonges (c'est la même chose non ?), au sucre et à leurs égos. Tu as raison Théo, nous ne sommes pas tous égos !<br /> ...Et les zombies au final, ce sont eux...<br /> L'avantage que nous avons c'est que nous parlons à peu de choses près le même language. Le socle, souvent, est déjà là. Les deux seules difficultés consistent ,d'une, à se trouver et cela malgré les réseaux sociaux ça n'est pas si simple (j'en sais quelquechose) et de deux, à être capable de cibler d'entrée de jeu, les "va-t-en guerre" et autres clients pour les émissions citées plus haut ne voyant dans la préparation que la possibilité d'acquérir une arme...<br /> Merci à tous d'être là et bonne continuation malgré tout.<br /> Pat

Haut de page